Présentation du carnet

Le carnet a pour but d’accompagner une série d’ateliers proposés par l’International Medieval Society – Paris (www.ims-paris.org), en collaboration avec le LAMOP (UMR 8589 – CNRS/Paris 1), l’EA 173- CERAM de Paris 3 et l’EA 7322 de Paris 8.  Ils ont aussi reçu le soutien de Medium Aevum et de the American University of Paris.

Au printemps 2015, 3 ateliers ont eu lieu. Le premier avait pour thème l’Animal. Il a réuni Susan Crane (Columbia, NY), J. Voisenet (Univ. Toulouse), P.-O. Dittmar (EHESS), C. Lucken (Univ. Paris 8). Le second, autour du Genre, réunissait R. Brown-Grant (Univ. of Leeds), J. Foehr-Jansens (Univ. Genève), D. Lett (Univ. Paris 7) et A. Paupert (Univ. Paris 7). Le troisième atelier sur l’Image avait pour intervenants, H. Maguire (Johns Hopkins University), J. Wirth (Université de Genève) et P. Boucheron (Université Paris I).

Affiche Regards croisés printemps 2015

Pour 2015-2016, ces ateliers intitulés « Médiévistique et sciences sociales : regards historiographiques croisés » qui donneront lieu à 5 séances: Empires, Du manuscrit à l’imprimé, littérature et droit, histoire environnementale et musicologies, ont obtenu des financements du campus Condorcet afin de développer le dialogue international entre les chercheurs et les chercheuses travaillant sur le Moyen Âge français. Ces financements ont en effet permis d’inviter des chercheurs et chercheuses en histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie ou musicologie, de traditions et d’écoles historiographiques et nationales différentes, grâce au vaste réseau tissé au sein de l’IMS-Paris. Autour de ces thématiques, il s’agira plus précisément de :

  • dresser des bilans critiques de l’état de la recherche afin de mettre en lumière le décalage parfois important entre l’émergence de tendances théoriques et/ou de pratiques méthodologiques liées au développement des humanités numériques et leur appropriation par une communauté scientifique large,
  • de mettre en valeur et comprendre les différences de perspective sur ces thématiques, grâce aux outils des sciences sociales.

L’objectif de ces rencontres est de faciliter la compréhension et donc l’appropriation des renouvellements historiographiques dans les études médiévales, notamment à l’étranger, et qui sont utilisés par des chercheurs et des chercheuses travaillant sur la France médiévale. En offrant le temps et l’espace de la réflexion collective, de la confrontation des idées et du partage d’expériences scientifiques, l’atelier se présente comme un incubateur pour de nouvelles orientations thématiques, mais aussi pour une mise à l’épreuve des frontières disciplinaires et une redéfinition des outils théoriques de la médiévistique. La parution d’un ouvrage majeur en France ou à l’étranger, ou une réflexion critique sur les travaux qui ont marqué l’histoire de la discipline pourront fournir l’occasion d’inviter les chercheurs proches de ces courants pour présenter et discuter des apports théoriques et critiques, en donnant la parole à des scientifiques d’orientations ou de nationalités différentes. Cela contribuera à l’étude de l’évolution d’un mouvement critique ou d’une tendance historiographique à partir d’une série d’ouvrages et d’articles qui ont donné corps à ce courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *