Archives par mot-clé : historiographie

Compte-rendu de l’atelier EMPIRES – 5 octobre 2015

L’atelier débute par une courte introduction de Fanny Madeline sur la thématique des Empires. C’est un objet de la recherche qui s’est beaucoup développé dans la seconde moitié du XXe siècle, dans le contexte de la guerre froide, mais les médiévistes sont longtemps restés à l’écart des renouvellements méthodologiques et épistémologiques qui ont donné une nouvelle ampleur à ce champ depuis les années 1980. Les approches des médiévistes ont surtout été de l’ordre de l’histoire intellectuelle (concept d’imperium) et leurs réactions face aux modèles d’empires utilisés pour faire une histoire globale de longue durée restent encore sceptiques. Mais les choses commencent à changer, comme le montre le choix de cette thématique à l’IMC Leeds en 2014. L’idée de cet atelier était de voir quels ont été les renouvellements historiographiques de cette thématique dans les études médiévales en France, en Allemagne et en Espagne principalement.

Premier intervenant : Julian Führer a soutenu sa thèse à Berlin sur Louis VI et la réforme canoniale (publiée en 2008), il enseigne actuellement à l’université de Zürich après avoir passé 2 ans à l’institut historique allemand de Paris, comme chercheur. Il est l’actuel président de l’IMS-Paris et prépare la publication des actes du colloque de l’IMS qui s’est tenu l’année dernière (2014) et qui avait pour thème Charlemagne après Charlemagne. Il présente aujourd’hui le résultat d’une recherche collective menée avec Marie-Laure Pain (Univ. de Paris-Ouest Nanterre) et Amélie Sagasser (EHESS / Univ. de Heidelberg) sur l’actualité historiographique de l’empire carolingien qui paraîtra dans un prochain numéro de la revue Médiévales. JF commence par présenter les grandes tendances de l’historiographie carolingienne depuis le XIXe siècle : en France comme en Allemagne cette histoire a d’abord servi l’écriture d’une histoire nationale. Côté français c’est moins Charlemagne que Charles le Chauve ou Clovis qui sont mobilisés comme figures fondatrices de « La France ». Côté allemand, volonté de germanisation de Charlemagne mais surtout de légitimer la forme politique de l’Empire (Reich) à l’ère des Etats-nations. Après 1945, c’est moins le Reich que la nation et davantage les Ottoniens que les Carolingiens qui intéresseront les historiens allemands. Depuis les années 2000 environ, le renouveau des études carolingiennes est présenté autour de 3 thèmes principaux : la figure de Charlemagne, l’organisation de l’empire et sa dimension chrétienne. Renouveau biographique surtout outre Rhin, ainsi qu’en Belgique, Italie, Pays-Bas, etc., mais étonnamment très peu en France où la biographie chez Fayard de J. Favier n’a toujours pas été remplacée. Concernant l’organisation de l’empire, les analyses des modes de gouvernement se sont faites en terme de réseaux et de modes de communication (logistique et mise en contact des hommes). Approches mises en œuvre plutôt outre atlantique avec l’histoire politico-militaire de B. Bachrach et thèse de M. Gravel. Intérêt également pour la culture mémorielle (Koziol) qui fait le lien avec thématique de la christianisation de l’empire. Les limites de l’empire Chrétien sont recherchées à travers l’étude de ses relations avec l’empire byzantin, le pape mais aussi avec les puissances musulmanes de la péninsule ibérique et du Proche-Orient, et de manière interne avec les Saxons (L. E. von Padberg). D’autres études s’intéressent à la question de l’approfondissement et de l’uniformation de la foi chrétienne à partir des pratiques et des rituels du clergé local (C. van Rhijn) et des réformes liturgiques et théologiques (S. Keefe, F. Close, O. M. Phelan). Conclusion sur le renouveau des études carolingiennes notamment grâce aux publications critiques de la documentation (lettres, cartulaires, annales, etc.) et à une ouverture aux approches comparatives de l’histoire globale.

La deuxième intervenante est Hélène Sirantoine, lectrice à l’université de Sydney depuis 2013. Elle publié sa thèse intitulée Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de Léon entre le IXe et le XIIe siècle à la Caza de Velasquez (2012). Elle travaille sur l’histoire politique et culturelle du royaume de Castille-León et à la manière dont la documentation diplomatique est utilisée dans l’élaboration et la communication d’idéologies soutenant les pouvoirs en place. Aujourd’hui elle revient sur une question qui l’a occupée de nombreuses années pendant sa thèse : le titre d’empereur qui fut utilisé par certains souverains léonais entre le IXe et le XIIe siècle. Un sujet qu’elle prolonge en l’intégrant dans une histoire comparative à l’échelle européenne sur la question des expériences impériales au Moyen Âge aux marges de l’Europe. Un travail qui devrait donner lieu également à un numéro thématique de Médiévales à paraître en 2016 ou début 2017. HS commence sont intervention en montrant des affiches touristiques des années 1960 avec le slogan en anglais : Spain is different, volonté d’exotisme mais aussi d’une récupération positive de la légende noire l’Espagne (pays qui aurait toujours tourné le dos au progrès : résistance aux empires carolingien et napoléonien, etc.) qui trouve un écho dans les milieux intellectuels à travers la valorisation d’un particularisme de l’histoire hispanique, à savoir le titre d’empereur que portèrent certains rois médiévaux d’Espagne. De fait, entre le IXe et le XIIe siècle, alors que commence la Reconquista, des souverains du León/Castille-Léon, de Navarre et d’Aragon (associés pour un temps au gouvernement de ce royaume léonais) ont porté le titre d’imperator hispaniae. Il s’agit cependant d’un phénomène irrégulier, relativement marginal au début, mais qui évolue et s’intensifie sous les règnes d’Alphonse VI de Castille-León (1065-1109) et d’Alphonse VII, son petit-fils (1126-1157) et prend une dimension idéologique plus élaborée : la titulature devient systématique sous son règne, il se fait couronner en tant qu’imperator, et diffuse l’image impériale par les sceaux, les monnaies, etc. Paradoxalement, à sa mort en 1157, le titre impérial hispanique disparaît brusquement, ne laissant qu’un souvenir. Souvenir qui va cependant alimenter un mythe historiographique dans l’Espagne des années 30-70 qui va donner lieu à un débat assez acerbe et très révélateur des tendances de l’historiographie espagnole d’alors. D’un côté, l’école « négativiste » distingue deux phases du phénomène impérial :1) sous la dynastie asturo-léonaise, l’idée impériale n’aurait été qu’une façon d’affirmer rhétoriquement le pouvoir et l’indépendance des souverains + caractère militaire de la monarchie ; 2) le titre impérial signifierait la volonté de suprématie de ces monarques sur les autres puissances de la péninsule, et il y a une imitation de modèles impériaux. De l’autre coté, les partisans de la thèse impérialiste, plus nombreux et prolixes, soulignent au contraire l’originalité et l’univocité du phénomène impérial hispanique tout au long de la période. Il y aurait eu une conscience partagée de l’unité, idéalement incarné par le royaume wisigothique du Haut Moyen Âge et qu’avait ruinée l’invasion musulmane de 711. Cette seconde école, menée par le grand philologue Ramón Menéndez Pidal dont la thèse fondatrice est publiée en 1950, a dominé l’historiographie de « l’idée impériale léonaise », la présentant un phénomène unitaire et univoque. Thèse qui devait également montrer l’originalité de l’Espagne dans la Chrétienté médiévale, malgré les problèmes méthodologiques et chronologiques induits par cette approche. En conclusion, il faut attendre la sortie du franquisme pour sortir du blocage historiographique, même si ce mythe impérial est celui qui fut le moins revisité au final, si ce n’est par les historien.ne.s étranger/ère/s.

Enfin la dernière intervention est faite à deux voix par Klaus Oschema d’une part, qui est professeur associé à l’université Ruprecht-Karls d’Heidelberg. Il a soutenu une thèse à l’EHESS et Dresde sur le concept de l’amitié et la proximité physique dans la Bourgogne médiévale qui a été publiée en 2006. Sa thèse d’habilitation, publiée en 2013, portait sur Les images de l’Europe au Moyen Âge. Et d’autre, part, Christoph Mauntel, qui a effectué sa thèse en 2013 sur La violence dans les mots et dans les faits à partir des récits et des pratiques de la France Médiévale. Il est depuis la rentrée en post-doctorat à l’université de Tübingen sur les savoirs religieux de l’Europe prémoderne. Leur intervention présente leurs recherches menées dans le cadre d’un projet d’histoire comparée entre Europe et Asie – Asia and Europe in Global context – au sein duquel il s’agissait de réfléchir à la pertinence de ce qu’on pourrait appeler des « méta-catégories » qui ont servi aux hommes de l’époque prémoderne pour structurer leur monde et notamment celles d’Empire et de Continent, qui sont des catégories à la fois politiques et géographiques.

Premier point : Etat de la recherche: L’historiographie allemande a longtemps négligé l’empire carolingien, préférant l’histoire des Ottoniens, des Saliens et Staufen, qui eux étaient vraiment « allemands » ! Période « glorieuse » de l’histoire de l’empire jusqu’à Frédéric II, ensuite quelques grands empereurs, mais globalement conscience d’un déclin. Pour la période entre la fin du XIIIe s. et la fin du XVe s., l’historiographie s’est donc plutôt tournée soit vers le développement de la théorie politique (Karl Ubl) et le décalage entre la revendication théorique d’une autorité universelle et les pratiques politiques réelles (M. Heidemann, M. Pauly, M. Kintzinger) ; soit vers l’histoire des principautés territoriales, comme les réactions suscités chez les princes allemands face à leur échec à imposer l’élection du roi des Romains comme mode effectif de désignation de l’empereur (E. Schubert, F. Rexroth). Ce renouveau historiographique a été marqué par la réévaluation du rôle des rituels politiques et leur valeur anthropologique d’une part : le cérémonial de l’élection a ainsi été revisité, ainsi que les visites et les rencontres entre l’empereur et les princes (M. Kintzinger, G. Schwedler B. Schneidmüller) ; et d’autre part, par les ouvertures transculturelles et le dialogue international entre chercheurs. « Empire » ne désigne plus uniquement l’empire romain ou germanique, mais peut aussi servir à désigner l’empire byzantin et le rôle joué par les Latins en Méditerranée (G. Jostkleigrewe, M. Carr, F. van Tricht, S. Burkhardt). Mais de nombreux usages d’empire ont tendance à utiliser ce terme uniquement de manière métaphorique, ex : empire angevin. Les hésitations sont encore importantes chez les médiévistes pour s’insérer dans le discours des sciences sociales qui ont pourtant apporté de nouvelles lectures du phénomène impérial ces dernières années.

2° résultats provisoires de ce projet. Il faut constater que s’il y a eu des revendications impériales en Europe jusqu’au XIIe siècle, en revanche, à la fin du Moyen Âge, aucune entité politique autre que le SERG ne s’appelait « empire ». Aujourd’hui, le mot « empire » apparaît comme un concept clé de la recherche actuelle, et ce notamment depuis le 11 septembre 2001. L’usage qui en est fait aujourd’hui par les historiens sert à la fois à décrire la politique expansionniste des états européens depuis le XVIIe siècle, mais aussi à écrire une histoire globale, à l’instar des travaux de F. Cooper et J. Burbank. Mais selon S. Howe, ces usages se posent problème par leur ‘diversité, leur imprécision et leur déformations idéologiques’. De fait, la volonté de s’accorder sur une définition commune du concept capable de décrire des situations historiques variées a conduit à exclure le SERG de cette définition d’« empire ». Certaines définitions actuelles amènent également à conclure qu’il n’existait pas d’empire au Moyen Âge (Vogtherr). Il apparaît donc indispensable de s’appuyer également sur une analyse lexicale du terme latin imperium pour contrebalancer cette définition « moderne » de l’empire. Deux références pour l’histoire du concept d’empire : R. Koebner et J. Muldoon, qui proposent également deux approches méthodologiques différentes (voir aussi R. Folz plus ancien) pour montrer la complexité et la diversité de ce concept au Moyen Âge. De fait, à côté du sens désignant l’empire romain germanique, le terme d’empire servait également à décrire et à qualifier des royaumes étrangers. Guibert de Nogent, par exemple appelle le Califat fatimide « l’Empire babylonien » (Gesta Dei per Francos). De même le franciscain Jean de Plan Carpin appelait le Khan des Mongols « empereur » dans le récit de son voyage (1245). L’analyse des contextes d’utilisation du concept d’ « empire » au Moyen Âge reste encore largement à faire. Dans le cadre du projet, une analyse a été celle de l’usage de ce concept dans des sources extra-européennes et ce qu’il nous donnait à voir du continent.

3°question de l’ « empereur d’Europe ». Si l’Europe n’est jamais devenue une notion politique dans l’Occident médiéval, elle l’a été pour les non-européens. Certes, on connaît depuis longtemps la désignation de Charlemagne comme pater Europae, selon l’expression de Léon III et la désignation de l’empire carolingien sous le terme Europe jusqu’au Xe s. Mais pour rencontrer l’expression imperator Europae il faut aller en Irlande (Annales d’Ulster et Chronicon Scottorum). A partir du XIIe siècle, l’Europe redevient un enjeu mais seulement pour l’empire d’Alexandre ou celui d’Arthur ou dans les visons apocalyptiques, car l’idée de suzeraineté sur toute l’Europe n’est plus qu’une revendication symbolique, le pouvoir réel s’étant progressivement organisé au sein des royaumes. En revanche, au XIVe siècle, une deuxième tradition fait surface au contact des peuples extra-européens, notamment face aux Mongols et aux Turcs qui assiègent « l’Europe » et qui font peser la menace d’un « empereur d’Europe ».

Fanny Madeline

voir la bibliographie ici

Compte-rendu de la séance sur « Animal »

Cette première séance de la série d’ateliers proposés par l’IMS-Paris, qui réunissait une trentaine de participants, a eu lieu le 27 mars 2015 à la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne et s’est terminée par une visite de la Réserve où quelques manuscrits médiévaux en lien avec le thème des animaux nous ont été présentés par la conservatrice Jacqueline Artier.

Les intervenants composaient un panel d’historiens et de littéraires représentant les nouvelles manières de penser l’animal au Moyen Âge. Irène Fabry-Tehranchi (université de Reading, UK) et Fanny Madeline (CNRS) ont introduit les intervenants et ont modéré la session.

En ouverture, Jacques Voisenet qui a fait sa thèse à l’université de Toulouse II a offert une histoire et un état du champ des études sur les animaux telles qu’elles se sont faites en France depuis les années 1980, en situant son propre travail dans la continuité de ces travaux, qui n’ont cessé de reconnaître l’importance croissante des animaux quelques soient les disciplines étudiant le Moyen Âge. L’origine de ce champ remonte, selon lui, en France aux travaux sur la « zoohistoire » tels quels ceux de Robert Delors sur le commerce des fourrures médiévales et à la parution de Les Animaux ont une histoire (1984), puis de nouvelles approches se sont développées à la suite des travaux de Jacques Le Goff qui questionna notamment la relation entre l’image et le texte. Voisenet évoqua ensuite les premiers travaux des historiens qui furent surtout consacrés aux représentations de l’animal, plutôt qu’aux sources et aux origines de ces représentations. Dans le texte médiéval, les animaux étaient vus comme dociles et comme faisant partie d’un système ordonné en lien avec la genèse, il y étaient souvent décrits de manière ambivalente comme naturels ou comme des guides miraculeux vers le ciel ou l’enfer. S’appuyant sur de nombreux exemples, Voisenet évoqua les premières représentations des animaux dans l’œuvre de Dhuoda, Augustin, Isidore de Séville et les bestiaires tels que le Physiologus de Berne (Burgerbibliothek, Codex Bongarsianus 318). Chacun d’entre eux pensaient comprendre le rôle des animaux à travers des typologies, des catégorisations, des signes et des métaphores qui illustrent toujours de manière puissante à quel point les animaux colonisaient l’imaginaire médiéval. Il conclut sur le fait qu’il y avait un vocabulaire extrêmement varié associé aux animaux – métaphorique, emblématique, allégorique, représentationnel – qui se diversifia à la fin du haut Moyen Âge, reflétant l’émergence d’un nouveau système de valeurs.

Bestiaire d’Oxford. MS. Ashmole 1511, fol. 1

Christopher Lucken (Université Paris 8/Genève) prit ensuite la parole et proposa de regarder les représentation des animaux dans les fables, les exempla et les farces en prenant comme point de départ des passages d’un poème du trouvère champenois Gilles de Vieux-Maisons (nom de l’œuvre à préciser). Il parla ensuite de l’importance qu’il y avait à nommer les choses au Moyen Âge, notamment parce que, à l’instar d’Adam qui eut pour mission de nommer les créatures de Dieu, c’est une capacité de l’homme qui lui permet de se différencier des animaux, ainsi de « savoir » en nommant. Cette capacité fait écho également à la création divine et à la domination du sujet nommé. Pour Lucken, les animaux étaient conçus de trois manières différentes au Moyen Âge : comme des humains, bien que sans langage et essentiellement différents ; comme une catégorie en soi, distincte de celle des végétaux et des humains, ou alors comme des êtres complètement ignorants, sans raison, des bêtes ou des brutes. En évoquant l’influence d’Isidore de Séville, Lucken a également insisté sur la nécessité de catégoriser les animaux au cours du Moyen Âge afin de mieux comprendre la catégorie d’ « humain », et c’est en ce sens que le langage constitue un mode de distinction entre ce qui est essentiel à l’humanité en dépit du fait que l’homme peut tout aussi bien être ultimement réduit à l’état animal. Enfin, il acheva son exposé avec Aristote selon les considérations de Boèce sur le logos qui constituerait un aspect inhérent à l’expérience humaine. Lucken met ainsi en lumière la porosité des frontières entre l’homme et l’animal telle qu’elle s’exprimait dans la philosophie mais aussi dans les vers des trouvères.

Susan Crane (Columbia University) prit ensuite la parole pour évoquer le changement de paradigme qui bouleverserait actuellement le champ des Animal Studies. Citant les tendances récents de ce champ, Crane fit remarquer l’intérêt croissant, au delà des considérations symboliques et des études sur les représentations des animaux, pour une approche plus conceptuelle qui interroge les aspects éthiques, écologiques et cognitifs des animaux médiévaux. Alors que les approches classiques considéraient les humains comme des êtres distincts et supérieurs aux animaux non-humains, elle évoqua le travail de théoriciens tels que Bruno Latour (Nous n’avons jamais été modernes, 1991) qui résistent à cette conception binaire en relativisant les catégories modernes de nature/culture et humain/animal. En reprenant l’œuvre de St Augustin, Crane analysa quelques questions éthiques autour des relations humain-animal qui n’ont pas encore été explorées, affirmant que les questions littéraires et philosophiques autour de la conscience, la cognition et la souffrance animales demandent encore à être étudiées. Pour Crane, en effet, il y a beaucoup à gagner en déplaçant notre regard des figurations animales vers leurs expériences de vie et sur ce qui les rend vivant, ainsi que vers l’inscription de la dynamique humain/animal au sein des structures sociales. Pour illustrer son propos, Crane développa un exemple issu de miracles d’animaux, alors que ceux-ci sont souvent exclus des analyses, pour montrer l’une des manières par lesquelles les interactions animales sont conservées et valorisés dans les textes médiévaux à l’instar de la collection des Vie et Miracle de Ste Modwenna de Geoffrey de Burton (Oxford 2002). Sa lecture de l’histoire miraculeuse du « Loup et de la Vache » cherche ainsi à aller au delà des représentations symboliques des animaux dans leurs relations avec les humains pour comprendre les perceptions qu’avaient les hommes du Moyen Âge des comportements inter-espèces. Ainsi, Crane établit un lien entre les changements « miraculeux » du comportement des chiens, ainsi que le glissement des interactions entre chien, loup et vache, avec les techniques réelles de dressage des animaux au Moyen Âge et de domestication qui existent encore aujourd’hui.

Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, Paris) présenta en dernier ses analyses sur l’historicité de l’animalité conçue par les historiens modernes. Il affirma ainsi que notre approche moderne est indéniablement influencée par le mouvement de naturalisation qui débute au XVIIIe siècle et qui divise l’homme et l’animal en deux catégories séparées et qui définit ultimement l’animal comme le négatif de la projection humaine. Ainsi, nous avons donc l’impression que l’animal n’a pas d’histoire. Une marmotte aujourd’hui serait la même qu’au 14e siècle. Au-delà du fait qu’il s’agit d’une perspective relativement moderne, cette idée d’animal a-historique sert également toute une série de conceptions conservatrices de la sexualité lorsqu’elle est associée aux animaux, comme par exemple : l’homme est naturellement un chasseur tandis que la femme élève naturellement la progéniture du couple. Pour aller à l’encontre de ces conceptions, Dittmar insiste sur le fait que les historiens devraient penser au-delà de ces paradigmes modernes et considérer l’anthropologie animale comme un champ offrant de grandes potentialités pour réaliser ce changement de regard. L’histoire de l’exploitation économique des animaux, par exemple, continue à rester unidimensionnelle, et il fit observer que les humains et les animaux ont rarement été étudiés ensemble dans l’anthropologie. Comme Crane, Dittmar conclut en insistant sur le fait que les historiens ont commencé à regarder au delà des analyses symboliques et des représentations animales dans le texte, mais remarque aussi le fait que les animaux constituent le parent pauvre de la recherche historique en France. Il propose de revitaliser ce sujet en l’abordant de manière plus ontologique, en les reconsidérant plutôt comme des interlocuteurs, des individus et des acteurs des diverses facettes de la société médiévale.

Rachel D. Gibson (University of Minnesota)/ trans. F. Madeline

Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain,  éd. P.-O. Dittmar avec G. Bartholeyns, T. Golsenne, M. Har-Peled et V. Jolivet,  Paris, Editions de la MSH, 2009.

S. Crane, Animal Encounters. Contacts and concepts in Medieval Britain, Pennsylvania Press, 2013.

Devenir-Animal, Images Re-vues. Histoire, anthropologie et théories de l’art, 6, 2009 (www.images.revues.org/88).

L’Humain et l’animal dans la France médiévale (XIIe-XVe s.) – Human and Animal in Medieval France (12th-15th c.), éd. I. Fabry-Tehranchi et A. Russakoff, Rodopi, Amsterdam-New-York, 2014. Compte-rendu dans CRMH.

J. Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs entre le Ve et le XIIe siècles, Brepols, 2000.