Archives mensuelles : octobre 2015

Bibliographies – Empire

Empire carolingien:

– Colloque « Les Carolingiens dans le bassin mosan. Autour des palais de Herstal et de Jupille » (Herstal, février 2014).

– « Charlemagne : les temps, les espaces, les hommes. Construction et déconstruction d’un règne », en mars 2014.

– Raoul BAUER : Karel de Grote : een keizer op de grens tussen twee werelden, Leuven : Davidsfonds Uitg. 2013. 271 p.

– Johannes FRIED: Karl der Große. Gewalt und Glaube. Eine Biographie, München: Beck 2013. 736 p.

– Stefan WEINFURTER: Karl der Große. Der heilige Barbar, München: Piper 2013. 352 p.

– Steffen PATZOLD, Ich und Karl der Große. Das Leben des Höflings Einhard, Stuttgart: Klett-Cotta 2013. 407 p.

– Katalog Kaiser und Kalifen. Karl der Große und die Mächte am Mittelmeer um 800, hg. Stiftung Deutsches Historisches Museum, Darmstadt 2014.

– Die Zeit Karls des Grossen in der Schweiz. Landesmuseum Zürich, Ausstellung 20. September 2013 bis 2. Februar 2014, éd. par Markus RIEK, Jürg GOLL, Georges DESCOEUDRES, Sulgen: Benteli 2013. 327 p.

– Bernard S. BACHRACH, Charlemagne’s early campaigns (768-777): a diplomatic and military analysis, Leiden: Brill 2013 (History of warfare 82), 723 p.

– Martin GRAVEL : Distances, rencontres, communications : réaliser l’empire sous Charlemagne et Louis le Pieux, Turnhout : Brepols 2012 (Collection Haut Moyen Âge, 15). 467 p

– Geoffrey KOZIOL, The Politics of Memory and Identity in Carolingian Royal Diplomas. The West Frankish Kingdom (840-987). Turnhout: Brepols 2012. (Utrecht Studies in Medieval Literacy 19).

– Lutz E. von PADBERG, Christianisierung im Mittelalter, Darmstadt: Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2006, 176 p.

– Lutz E. von PADBERG, Das Christentum als missionierende Religion. Missionskonzepte von Bonifatius bis ins späte Mittelalter, In: Credo. Christianisierung Europas im Mittelalter. Band 1: Essays, hg. Christoph STIEGEMANN, Martin KROKER, Wolfgang WALTER, Petersberg: Michael Imhof Verlag 2013, p. 130-139.

– Carine van RHIJN, Charlemagne’s correctio: A Local Perspective. Vortrag auf der Tagung « Charlemagne. Les temps, les espaces, les hommes. Construction et déconstruction d’un règne », DHI Paris, 26.3.2014

– Susan KEEFE, Water and the Word. Baptism and the Instruction of the Clergy in the Carolingian Empire, 2 vol., Notre Dame 2002.

– Susan KEEFE, A Catalogue of Works Pertaining to the Explanation of the Creed in Carolingian Manuscripts, Turnhout 2012 (Instrumenta patristica et mediaevalia 63), 402 p.

– Florence CLOSE, Uniformiser la foi pour unifier l’Empire. Contribution à l’histoire de la pensée politico-théologique de Charlemagne (Académie royale de Belgique, Mémoire de la classe des Lettres, Collection in-8°, sér. 3, Vol. 59.) Bruxelles, Académie royale de Belgique 2011.

– Owen M. PHELAN, The Formation of Christian Europe. The Carolingians, Baptism, and the Imperium Christianum, Oxford 2014.

 

Imperator hispaniae

– Cullinan Margaret, Imperator Hispaniae: the Genesis of Spain, Université de New York, 1975.

– Deswarte Thomas, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout, 2003.

– Deswarte Thomas, « Le roi empereur de León vers l’an mil et deux diplômes “impériaux” interpolés de 922 » dans Patrick Henriet (ed.), Sacralités royales en péninsule ibérique: formes, limites, modalités (VIIe-XVe siècles), s.l., à paraître.

– Gambra Andrés, Alfonso VI: cancillería, curia e imperio, León, Centro de estudios e investigación « San Isidoro » (coll. « Fuentes y estudios de historia leonesa »), 1997, vol. 2/, 583 p.

– Isla Frez Amancio, Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén, 2006.

– López Ortiz José, « Las ideas imperiales en el medievo español », Escorial, 1942, VI, p. 43‑70.

– López Ortiz José, « Notas para el estudio de la idea imperial leonesa », La Ciudad de Dios, 1941, CLIII, p. 186‑190.

– Menéndez Pidal Ramón, El imperio hispánico y los cinco reinos. Dos épocas en la estructura política de España, Madrid, 1950.

– Menéndez Pidal Ramón, « Adefonsus imperator toletanus, magnificus triumphator » dans Historia y Epopeya, Madrid, Centro de Estudios Históricos, Impr. de Librería y casa editorial Hernando, 1934, p. 235‑262.

– Saitta Armando, « Un problema storiografico: l’impero spagnolo medievale », Rivista Storica Italiana, 1954, vol. 66, p. 240‑285 et 377‑409.

– Sánchez-Albornoz Claudio, « La idea imperial leonesa » dans España, un enigma histórico, Barcelone, 1991, p. 1087‑1100.

Compte-rendu de l’atelier EMPIRES – 5 octobre 2015

L’atelier débute par une courte introduction de Fanny Madeline sur la thématique des Empires. C’est un objet de la recherche qui s’est beaucoup développé dans la seconde moitié du XXe siècle, dans le contexte de la guerre froide, mais les médiévistes sont longtemps restés à l’écart des renouvellements méthodologiques et épistémologiques qui ont donné une nouvelle ampleur à ce champ depuis les années 1980. Les approches des médiévistes ont surtout été de l’ordre de l’histoire intellectuelle (concept d’imperium) et leurs réactions face aux modèles d’empires utilisés pour faire une histoire globale de longue durée restent encore sceptiques. Mais les choses commencent à changer, comme le montre le choix de cette thématique à l’IMC Leeds en 2014. L’idée de cet atelier était de voir quels ont été les renouvellements historiographiques de cette thématique dans les études médiévales en France, en Allemagne et en Espagne principalement.

Premier intervenant : Julian Führer a soutenu sa thèse à Berlin sur Louis VI et la réforme canoniale (publiée en 2008), il enseigne actuellement à l’université de Zürich après avoir passé 2 ans à l’institut historique allemand de Paris, comme chercheur. Il est l’actuel président de l’IMS-Paris et prépare la publication des actes du colloque de l’IMS qui s’est tenu l’année dernière (2014) et qui avait pour thème Charlemagne après Charlemagne. Il présente aujourd’hui le résultat d’une recherche collective menée avec Marie-Laure Pain (Univ. de Paris-Ouest Nanterre) et Amélie Sagasser (EHESS / Univ. de Heidelberg) sur l’actualité historiographique de l’empire carolingien qui paraîtra dans un prochain numéro de la revue Médiévales. JF commence par présenter les grandes tendances de l’historiographie carolingienne depuis le XIXe siècle : en France comme en Allemagne cette histoire a d’abord servi l’écriture d’une histoire nationale. Côté français c’est moins Charlemagne que Charles le Chauve ou Clovis qui sont mobilisés comme figures fondatrices de « La France ». Côté allemand, volonté de germanisation de Charlemagne mais surtout de légitimer la forme politique de l’Empire (Reich) à l’ère des Etats-nations. Après 1945, c’est moins le Reich que la nation et davantage les Ottoniens que les Carolingiens qui intéresseront les historiens allemands. Depuis les années 2000 environ, le renouveau des études carolingiennes est présenté autour de 3 thèmes principaux : la figure de Charlemagne, l’organisation de l’empire et sa dimension chrétienne. Renouveau biographique surtout outre Rhin, ainsi qu’en Belgique, Italie, Pays-Bas, etc., mais étonnamment très peu en France où la biographie chez Fayard de J. Favier n’a toujours pas été remplacée. Concernant l’organisation de l’empire, les analyses des modes de gouvernement se sont faites en terme de réseaux et de modes de communication (logistique et mise en contact des hommes). Approches mises en œuvre plutôt outre atlantique avec l’histoire politico-militaire de B. Bachrach et thèse de M. Gravel. Intérêt également pour la culture mémorielle (Koziol) qui fait le lien avec thématique de la christianisation de l’empire. Les limites de l’empire Chrétien sont recherchées à travers l’étude de ses relations avec l’empire byzantin, le pape mais aussi avec les puissances musulmanes de la péninsule ibérique et du Proche-Orient, et de manière interne avec les Saxons (L. E. von Padberg). D’autres études s’intéressent à la question de l’approfondissement et de l’uniformation de la foi chrétienne à partir des pratiques et des rituels du clergé local (C. van Rhijn) et des réformes liturgiques et théologiques (S. Keefe, F. Close, O. M. Phelan). Conclusion sur le renouveau des études carolingiennes notamment grâce aux publications critiques de la documentation (lettres, cartulaires, annales, etc.) et à une ouverture aux approches comparatives de l’histoire globale.

La deuxième intervenante est Hélène Sirantoine, lectrice à l’université de Sydney depuis 2013. Elle publié sa thèse intitulée Imperator Hispaniae. Les idéologies impériales dans le royaume de Léon entre le IXe et le XIIe siècle à la Caza de Velasquez (2012). Elle travaille sur l’histoire politique et culturelle du royaume de Castille-León et à la manière dont la documentation diplomatique est utilisée dans l’élaboration et la communication d’idéologies soutenant les pouvoirs en place. Aujourd’hui elle revient sur une question qui l’a occupée de nombreuses années pendant sa thèse : le titre d’empereur qui fut utilisé par certains souverains léonais entre le IXe et le XIIe siècle. Un sujet qu’elle prolonge en l’intégrant dans une histoire comparative à l’échelle européenne sur la question des expériences impériales au Moyen Âge aux marges de l’Europe. Un travail qui devrait donner lieu également à un numéro thématique de Médiévales à paraître en 2016 ou début 2017. HS commence sont intervention en montrant des affiches touristiques des années 1960 avec le slogan en anglais : Spain is different, volonté d’exotisme mais aussi d’une récupération positive de la légende noire l’Espagne (pays qui aurait toujours tourné le dos au progrès : résistance aux empires carolingien et napoléonien, etc.) qui trouve un écho dans les milieux intellectuels à travers la valorisation d’un particularisme de l’histoire hispanique, à savoir le titre d’empereur que portèrent certains rois médiévaux d’Espagne. De fait, entre le IXe et le XIIe siècle, alors que commence la Reconquista, des souverains du León/Castille-Léon, de Navarre et d’Aragon (associés pour un temps au gouvernement de ce royaume léonais) ont porté le titre d’imperator hispaniae. Il s’agit cependant d’un phénomène irrégulier, relativement marginal au début, mais qui évolue et s’intensifie sous les règnes d’Alphonse VI de Castille-León (1065-1109) et d’Alphonse VII, son petit-fils (1126-1157) et prend une dimension idéologique plus élaborée : la titulature devient systématique sous son règne, il se fait couronner en tant qu’imperator, et diffuse l’image impériale par les sceaux, les monnaies, etc. Paradoxalement, à sa mort en 1157, le titre impérial hispanique disparaît brusquement, ne laissant qu’un souvenir. Souvenir qui va cependant alimenter un mythe historiographique dans l’Espagne des années 30-70 qui va donner lieu à un débat assez acerbe et très révélateur des tendances de l’historiographie espagnole d’alors. D’un côté, l’école « négativiste » distingue deux phases du phénomène impérial :1) sous la dynastie asturo-léonaise, l’idée impériale n’aurait été qu’une façon d’affirmer rhétoriquement le pouvoir et l’indépendance des souverains + caractère militaire de la monarchie ; 2) le titre impérial signifierait la volonté de suprématie de ces monarques sur les autres puissances de la péninsule, et il y a une imitation de modèles impériaux. De l’autre coté, les partisans de la thèse impérialiste, plus nombreux et prolixes, soulignent au contraire l’originalité et l’univocité du phénomène impérial hispanique tout au long de la période. Il y aurait eu une conscience partagée de l’unité, idéalement incarné par le royaume wisigothique du Haut Moyen Âge et qu’avait ruinée l’invasion musulmane de 711. Cette seconde école, menée par le grand philologue Ramón Menéndez Pidal dont la thèse fondatrice est publiée en 1950, a dominé l’historiographie de « l’idée impériale léonaise », la présentant un phénomène unitaire et univoque. Thèse qui devait également montrer l’originalité de l’Espagne dans la Chrétienté médiévale, malgré les problèmes méthodologiques et chronologiques induits par cette approche. En conclusion, il faut attendre la sortie du franquisme pour sortir du blocage historiographique, même si ce mythe impérial est celui qui fut le moins revisité au final, si ce n’est par les historien.ne.s étranger/ère/s.

Enfin la dernière intervention est faite à deux voix par Klaus Oschema d’une part, qui est professeur associé à l’université Ruprecht-Karls d’Heidelberg. Il a soutenu une thèse à l’EHESS et Dresde sur le concept de l’amitié et la proximité physique dans la Bourgogne médiévale qui a été publiée en 2006. Sa thèse d’habilitation, publiée en 2013, portait sur Les images de l’Europe au Moyen Âge. Et d’autre, part, Christoph Mauntel, qui a effectué sa thèse en 2013 sur La violence dans les mots et dans les faits à partir des récits et des pratiques de la France Médiévale. Il est depuis la rentrée en post-doctorat à l’université de Tübingen sur les savoirs religieux de l’Europe prémoderne. Leur intervention présente leurs recherches menées dans le cadre d’un projet d’histoire comparée entre Europe et Asie – Asia and Europe in Global context – au sein duquel il s’agissait de réfléchir à la pertinence de ce qu’on pourrait appeler des « méta-catégories » qui ont servi aux hommes de l’époque prémoderne pour structurer leur monde et notamment celles d’Empire et de Continent, qui sont des catégories à la fois politiques et géographiques.

Premier point : Etat de la recherche: L’historiographie allemande a longtemps négligé l’empire carolingien, préférant l’histoire des Ottoniens, des Saliens et Staufen, qui eux étaient vraiment « allemands » ! Période « glorieuse » de l’histoire de l’empire jusqu’à Frédéric II, ensuite quelques grands empereurs, mais globalement conscience d’un déclin. Pour la période entre la fin du XIIIe s. et la fin du XVe s., l’historiographie s’est donc plutôt tournée soit vers le développement de la théorie politique (Karl Ubl) et le décalage entre la revendication théorique d’une autorité universelle et les pratiques politiques réelles (M. Heidemann, M. Pauly, M. Kintzinger) ; soit vers l’histoire des principautés territoriales, comme les réactions suscités chez les princes allemands face à leur échec à imposer l’élection du roi des Romains comme mode effectif de désignation de l’empereur (E. Schubert, F. Rexroth). Ce renouveau historiographique a été marqué par la réévaluation du rôle des rituels politiques et leur valeur anthropologique d’une part : le cérémonial de l’élection a ainsi été revisité, ainsi que les visites et les rencontres entre l’empereur et les princes (M. Kintzinger, G. Schwedler B. Schneidmüller) ; et d’autre part, par les ouvertures transculturelles et le dialogue international entre chercheurs. « Empire » ne désigne plus uniquement l’empire romain ou germanique, mais peut aussi servir à désigner l’empire byzantin et le rôle joué par les Latins en Méditerranée (G. Jostkleigrewe, M. Carr, F. van Tricht, S. Burkhardt). Mais de nombreux usages d’empire ont tendance à utiliser ce terme uniquement de manière métaphorique, ex : empire angevin. Les hésitations sont encore importantes chez les médiévistes pour s’insérer dans le discours des sciences sociales qui ont pourtant apporté de nouvelles lectures du phénomène impérial ces dernières années.

2° résultats provisoires de ce projet. Il faut constater que s’il y a eu des revendications impériales en Europe jusqu’au XIIe siècle, en revanche, à la fin du Moyen Âge, aucune entité politique autre que le SERG ne s’appelait « empire ». Aujourd’hui, le mot « empire » apparaît comme un concept clé de la recherche actuelle, et ce notamment depuis le 11 septembre 2001. L’usage qui en est fait aujourd’hui par les historiens sert à la fois à décrire la politique expansionniste des états européens depuis le XVIIe siècle, mais aussi à écrire une histoire globale, à l’instar des travaux de F. Cooper et J. Burbank. Mais selon S. Howe, ces usages se posent problème par leur ‘diversité, leur imprécision et leur déformations idéologiques’. De fait, la volonté de s’accorder sur une définition commune du concept capable de décrire des situations historiques variées a conduit à exclure le SERG de cette définition d’« empire ». Certaines définitions actuelles amènent également à conclure qu’il n’existait pas d’empire au Moyen Âge (Vogtherr). Il apparaît donc indispensable de s’appuyer également sur une analyse lexicale du terme latin imperium pour contrebalancer cette définition « moderne » de l’empire. Deux références pour l’histoire du concept d’empire : R. Koebner et J. Muldoon, qui proposent également deux approches méthodologiques différentes (voir aussi R. Folz plus ancien) pour montrer la complexité et la diversité de ce concept au Moyen Âge. De fait, à côté du sens désignant l’empire romain germanique, le terme d’empire servait également à décrire et à qualifier des royaumes étrangers. Guibert de Nogent, par exemple appelle le Califat fatimide « l’Empire babylonien » (Gesta Dei per Francos). De même le franciscain Jean de Plan Carpin appelait le Khan des Mongols « empereur » dans le récit de son voyage (1245). L’analyse des contextes d’utilisation du concept d’ « empire » au Moyen Âge reste encore largement à faire. Dans le cadre du projet, une analyse a été celle de l’usage de ce concept dans des sources extra-européennes et ce qu’il nous donnait à voir du continent.

3°question de l’ « empereur d’Europe ». Si l’Europe n’est jamais devenue une notion politique dans l’Occident médiéval, elle l’a été pour les non-européens. Certes, on connaît depuis longtemps la désignation de Charlemagne comme pater Europae, selon l’expression de Léon III et la désignation de l’empire carolingien sous le terme Europe jusqu’au Xe s. Mais pour rencontrer l’expression imperator Europae il faut aller en Irlande (Annales d’Ulster et Chronicon Scottorum). A partir du XIIe siècle, l’Europe redevient un enjeu mais seulement pour l’empire d’Alexandre ou celui d’Arthur ou dans les visons apocalyptiques, car l’idée de suzeraineté sur toute l’Europe n’est plus qu’une revendication symbolique, le pouvoir réel s’étant progressivement organisé au sein des royaumes. En revanche, au XIVe siècle, une deuxième tradition fait surface au contact des peuples extra-européens, notamment face aux Mongols et aux Turcs qui assiègent « l’Europe » et qui font peser la menace d’un « empereur d’Europe ».

Fanny Madeline

voir la bibliographie ici